Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigbonobo

Articles avec #flamin'groovies tag

[Le vinyle du Dimanche soir] The Flamin' Groovies - Teenage Head - 1971

6 Mars 2016 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #rock, #blues, #Culte, #Flamin'Groovies

[Le vinyle du Dimanche soir] The Flamin' Groovies - Teenage Head - 1971

Prototype du groupe culte, les Flamin’ Groovies n’ont jamais connu de succès public, alors que la critique les a toujours encensés et soutenus. Et à l’instar des Rolling Stones, auxquels on les a beaucoup comparés, ils ont traversé les décennies sans jamais lâcher l’affaire. Mais ils sont toujours restés à la marge, bien que bénéficiant d’une véritable internationale de fans inconditionnels.

Le disque du jour est sans doute leur meilleur album, auto-produit dans l’urgence en 1971, un disque dont il a été dit qu’il était le pendant de Sticky Fingers, alors qu’une écoute attentive y trouvera plutôt des références à Beggar’s Banquet, de même qu’une chanson que l’on pourrait croire écrite par Bob Dylan, « Whiskey Woman » et un titre pastiche d’Elvis Presley, « Evil hearted Adda ». Toujours est-il qu’à l’époque, ils sont aux antipodes de la production californienne, toute dédiée au Flower Power, et avec leur style qui préfigure le punk-rock ils revisitent avec respect et pertinence l’âme du Blues, avec des titres comme « 32-20 » de Robert Johnson, mais aussi « Doctor Boogie » ou des compositions comme « City lights » et « Yesterday’s numbers ».

[Le vinyle du Dimanche soir] The Flamin' Groovies - Teenage Head - 1971
[Le vinyle du Dimanche soir] The Flamin' Groovies - Teenage Head - 1971

Le chanteur et guitariste, Roy Loney, quitte le groupe quelques mois après la sortie de l’album, et dès lors aucune de leurs productions ne sonnera aussi bien que ce disque, enregistré par l’ingénieur Richard Robinson. A part le disque de la semaine, leur joyau, on ne retiendra donc de leur carrière que « Supernazz », leur premier album paru en 1969, le seul soutenu par un « gros » label, Columbia-Epic, mais aussi, pour ce qui est des années suivantes, avec Chris Wilson comme chanteur, l ‘album « Shake some action », paru en 1976, lorsque le groupe retrouvera enfin un label en Angleterre, avec Sire Records. Chris Wilson entreprendra une carrière en solo, avant des retrouvailles en 2013 pour une tournée internationale qui ne rencontra pas le succès escompté, comme en témoigne une campagne Kickstarter avortée. Ce groupe d’éternels losers restera cependant dans l’histoire du rock comme d’essentiels trublions talentueux, animés par la flamme du Blues.

On écoute cet album cultissime sur la page connexe.

Bonne semaine, à vos cassettes !

P.S.: Pour ceux qui voudraient aller plus loin, il existe un bon bouquin librement disponible sur le net, "Groovin'", qui retrace l'histoire de ce groupe. Bonne lecture !

Lire la suite