Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigbonobo

Articles avec #dr john tag

|Le vinyle du Dimanche soir] Boogie with Canned Heat - 1968

30 Novembre 2014 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #blues, #rock, #NewOrleans, #CannedHeat, #Dr John, #Culte

|Le vinyle du Dimanche soir] Boogie with Canned Heat - 1968

Vraiment c'est un grand plaisir aujourd'hui de vous présenter "Boogie with Canned Heat", un disque de 1968 dont vous connaissez certainement le titre principal, "On the road again", qui a fait le tour de la planète, un titre que d'aucuns associent au fait de rouler dans le désert dans une décapotable sous le soleil brûlant. Personnellement je l'associe à l'été 1969, une période où j'avais persuadé un gérant de restaurant, du haut de mes 17 ans, en Espagne, sur la Costa Brava, d'étendre ses activités en transformant une partie de ses locaux en discothèque, et je passais ce genre de trucs. Je n'ai pas eu beaucoup de succès...çà et Hendrix, bref, vous imaginez le tableau en Espagne en 1969...J'ai été rapidement remercié.
Le vinyle du jour, pieusement conservé depuis cette époque reculée, est officiellement leur second album, mais chronologiquement le premier paru, après un ou deux 45 tours. Mais avant tout,"Boogie" ne contient que des compositions originales, alors que le premier ne contenait que des reprises, fort bien choisies d'ailleurs. Il ne paraitra que six mois plus tard, une fois le succès arrivé. "Boogie" est probablement le meilleur album de blues de la décennie 70, un disque qui va inspirer bien d'autres artistes . Le son totalement nouveau que le groupe développe mêle le rhythm & blues au boogie avec psychédélisme. L'harmonica et les quelques arrangements de piano et de cuivres concoctés par Doctor John en personne produisent un style unique que John Lee Hooker lui-même adoptera avec l'album "Hooker & heat" en 1971. Leur prestation au Festival de Woodstock, à la tombée de la nuit, fût comme chacun sait un grand moment de magie.

|Le vinyle du Dimanche soir] Boogie with Canned Heat - 1968

Vous constaterez qu'il manque le deuxième titre de la face B, "An Owl song", qui malheureusement est illisible pour cause de profonde et irréparable crevasse dans la bakélite. A ce stade, je ne peux pas qualifier çà de "rayure"...Youtube pourra certainement pallier. Mais le reste passe tout à fait bien, comme on peut le vérifier sur la page connexe.

Formé en 1965, le groupe existe encore aujourd'hui, bien que seul le batteur Adolfo "Fito" dela Para soit encore de la partie. Le bassiste Larry Taylor est encore parmi nous, mais les autres membres originels sont décédés. Le chanteur et guitariste Alan Wilson meurt d'une overdose peu après le Festival de l'Ile de Wight à 27 ans, rejoignant le fameux Club quelques semaines avant Janis Joplin et Jimi Hendrix.

Bob Hite, l'autre chanteur, fera stupidement de même en 1981. Henry Vestine, transfuge des Mothers of Invention, quitte ce monde en 1997 par excès d'excès.
A la semaine prochaine, prenez soin de vous !

Lire la suite

[Le vinyle du Dimanche soir] Dr John "Gris-gris" 1968

1 Décembre 2013 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #parlonszic, #funk, #blues, #jazz, #NewOrleans, #Dr John

[Le vinyle du Dimanche soir] Dr John "Gris-gris" 1968

Harold Battiste - arrangeur, producteur, basse, clarinette, percussions
Dr. John - chant, keyboards, guitare, percussions
Richard 'Didimus' Washington - guitare, mandoline, percussions
Plas Johnson - saxophone
Lonnie Boulden - flute
Steve Mann - guitare, banjo
Ernest McLean - guitare, mandoline
Bob West - basse
Mo Pedido - congas
John Boudreaux - drums
Dave Dixon, Jessie Hill, Ronnie Barron - choeurs, percussions
Joni Jonz, Prince Ella Johnson, Shirley Goodman, Sonny Ray Durden,Tami Lynn - choeurs

[Le vinyle du Dimanche soir] Dr John "Gris-gris" 1968

Je vous suggère, si vous ne connaissez pas le personnage, de vous rendre directement sur son site officiel et sur sa page wikipedia.

Je vous présente aujourd'hui son premier album, enregistré en 1968 avec la crème des musiciens du New-Orleans de l'époque, où il détourne le délire californien alors prédominant en un genre de musique déjà "world", avant même que l'on pense à inventer le terme, mélangeant allègrement incantations vaudou, clavecin, banjo et mandolines avec le funk, l'afrobeat, et les percussions cubaines ou marocaines...et surtout avec l'héritage culturel de cette ville à part, principalement celui de Professor Longhair.

La carrière de Doctor John Mac Rebennack n'a fait depuis que justifier, prospérer et sublimer cet héritage, dont il est désormais le plus digne des représentants.

Ci-dessous, un clip datant de l'album "Sun, Moon and herbs" (1971), très exemplaire de l' "univers" -comme je déteste employer ce mot ! - du Docteur.

Est-il besoin de préciser que je suis un fan depuis toujours ?

J'essaie de ne rater aucun de ses concerts par ici, j'ai pu ainsi le voir dans les salons du Meridien de la porte Maillot, à la fin des années 80, et nous étions peut-être cinquante privilégiés, tous étonnés d'être si peu nombreux. Ci-dessous, une vidéo de son concert à La Cigale du 4 juillet 2012. Vous me reconnaitrez sûrement, je suis de dos, au premier rang, légèrement à gauche du centre de la scène... :))

Je ne peux m'empêcher de livrer à vos critiques ce que j'ai commis en son honneur :

un morceau qui doit beaucoup à la basse de Daniel Cambier et à la clarinette de Docteur Doudou, alias Mauro Durão, ainsi qu'à mes pratiques samplesques et douteuses d'escroc musical aux doigts gourds.

Et qui, je le souhaite, reste fidèle à celui qui l'a inspirée ?

Bigbonobo Combo "le bon Docteur" 2013 Creative Commons BY-NC-ND

J'attends vos commentaires...¨¨¨¨

Bref, on écoute pour de bon cet album incontournable, comme on dit, sur la page du [vinyle du Dimanche soir]

Lire la suite