Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bigbonobo

Articles avec #donald fagen tag

[Le vinyle du Dimanche soir] Donald Fagen - The Nightfly - 1982 (replay)

21 Juin 2015 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #Donald Fagen, #Steely Dan, #rock, #jazzfunk, #Culte

[Le vinyle du Dimanche soir] Donald Fagen - The Nightfly - 1982 (replay)

Steely Dan dissolu pour la première fois, c’est sans Walter Becker mais avec la majorité des musiciens réunis pour les sessions des albums "Gaucho" & "Aja" que Donald Fagen s’enferme en studio en 1982 pour un premier opus solo qui peut désormais être érigé au rang de classique moderne, tant il a marqué et son époque, et la notre. Tel la bande-son d'un siècle révolu dont la nostalgie nous hanterait et nous guiderait encore, cet album absolument parfait sur le plan technique nous enferme pour la nuit dans un abri anti-nucléaire, pour y flirter avec notre petite amie en écoutant de la musique alors qu’au dehors règnent les angoisses de la guerre froide, la peur de l’avenir et de la conscription pour les combats de l’Oncle Sam.

C'est un des tous premiers albums enregistrés en numérique, peu après le "Bop till you drop" de Ry Cooder, et l’équipe de production, à savoir Roger Nichols en tant qu’ingénieur, Gary Katz comme réalisateur, et enfin Bob Ludwig pour le mastering final, en a fait une référence indiscutée en matière de son haute fidélité. C’est à mon avis l’époque où l’enregistrement sonore connaît son apogée en termes de savoir-faire et donc de qualité. Ici, la plage dynamique est remarquable, bien au-dessus de ce avec quoi on nous assourdit systématiquement de nos jours. Il suffit de monter le volume pour entendre comment doivent sonner une vraie basse et une vraie batterie. Et ce sont la qualité des arrangements, la science du placement des micros et de la sculpture du son qui sont responsables de cette sensation enivrante de pureté et de simplicité complexe qui me séduit encore et toujours, en faisant pour moi une sorte de Saint Graal du son que je ne saurai jamais atteindre, tant le savoir-faire de ces artisans d’exception reste inégalable. Oui, je suis un inconditionnel. La plupart de mes jeunes ou déjà vieux amis musiciens ne partagent pas cet engouement. Trop lisse, trop propre, limite ennuyeux, disent certains. Objectivement, il est vrai que c’est cette préférence pour le travail en studio qui aura causé la fin du groupe, avec l’album « Gaucho ». La toxicomanie de Walter Becker, la perte accidentelle de pistes essentielles, des sessions tendues avec des musiciens pas toujours coopératifs, avaient rendu cet album quelque peu aseptisé, et en tous cas empreint d’un pessimisme trop prégnant.

[Le vinyle du Dimanche soir] Donald Fagen - The Nightfly - 1982 (replay)

Tout cela a sans doute contribué à renforcer la paranoïa latente de Donald Fagen, et à le conforter dans l’isolement. Un isolement tout relatif, d’ailleurs, puisque l’équipe de musiciens qui l’entoure ici est impressionnante, avec plus d’une vingtaine d’intervenants, allant des frères Michael & Randy Brecker aux cuivres à Jeff Porcaro et Ed Green aux drums en passant par Marcus Miller à la basse, pour ne citer qu’eux. Dans « The Nightfly », chaque chanson contient comme un soupçon de remords et de nostalgie de l’innocence perdue. Chacune nous dit que rien n’est plus possible, mais que finalement tout l’est encore. Voilà je crois qui parle à chacun d’entre nous. Voilà qui crée un charme indéfinissable qui en fait un disque à part, un disque à conserver dans nos bunkers personnels, à emmener lors d’un séjour dans la station spatiale internationale, ou encore à écouter cette semaine en intégrale sur la page connexe !

« Quelle époque formidable ce sera, quelle époque de liberté, quand les machines prendront toutes les décisions, serons-nous éternellement jeunes » ? Je vous laisse méditer. A la semaine prochaine.

Lire la suite

[Le vinyle du Dimanche soir] The New York Rock & Soul Revue - Live at the Beacon 1991

15 Mars 2015 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #rock, #soul, #Steely Dan, #Donald Fagen

[Le vinyle du Dimanche soir] The New York Rock & Soul Revue - Live at the Beacon 1991
[Le vinyle du Dimanche soir] The New York Rock & Soul Revue - Live at the Beacon 1991

Vous connaissez mon admiration pour les deux compères du braquemard d’acier, en anglais dans le texte les sus-nommés Steely Dan…Si d’aucuns les ont dépréciés en les réduisant à un groupe de studio, en les qualifiant de paranoïaques reclus derrière leurs instruments et ne produisant que dans l’ombre, voilà qui va remettre les pendules à leur place et les médisants à l’heure.

A partir de 1989 et à l’initiative de Libby Titus, productrice de concerts, qui plus tard sera son épouse, Donald Fagen et ses talentueux amis vont sillonner les Etats Unis pendant plus de deux ans pour se produire dans les petits clubs comme dans les stades avec The New York Rock and Soul Revue, un ensemble au casting inédit qui réunit Phoebe Snow, depuis décédée en 2011, Michael McDonald, Boz Scaggs, Eddie et David Brigati (issus du groupe The Rascals), Charles Brown , lui aussi maintenant décédé , et Walter Becker , soliste et co-fondateur de Steely Dan. La revue met également en vedette Patti Austin, Jeff Young and the Youngsters, le regretté saxophoniste Cornelius Bumpus (qui avait déjà travaillé avec Steely Dan, les Doobie Brothers et Boz Scaggs), sans oublier la violoniste Mindy Jostyn. Le vinyle du jour est une compilation de matériel enregistré pendant les concerts au Beacon Theater de New York et paru en 1991 en vinyle comme au format Cd chez Giant.

L’année suivante, un triple Cd paraît sur le même label, enregistré au même endroit dans les mêmes conditions le 18 août 1992. Le mot revue n’y est plus orthographié à la française, mais à l’anglaise. Ne pas confondre donc, mais tout aussi bon.

Charles Brown, vedette des années 40, les Rascals, qui ont connu le succès en 1967, se retrouvent dans le même Big Band que Phoebe Snow , Patti Austin et le leader de Doobie Brothers, et cela donne au final un mélange tout à fait étonnant de cohésion, de par le choix des morceaux, grâce à une section rythmique plus que solide et des cuivres rutilants, mais aussi à cause de l’exceptionnel guitariste Drew Zingg et à ses talents d’arrangeur, lui qui épaulera Steely Dan sur plusieurs tournées les années suivantes.

A noter que la version Cd contient quelques titres de plus que le vinyle. Et donc j’ai acheté les deux dès leur parution ! Et puisque nous en restons au vinyle, çà me permettra de vous frustrer un peu et peut-être de vous inciter à acheter le CD ?

Donald Fagen, Boz Scaggs et Michael Mc Donald renouvelleront encore l’expérience en 2012 avec l’entité « The Dukes of September » , avec un enregistrement paru ; « Live at Lincoln Center ». Mais pas en vinyle…. en DVD.

Quoiqu’il en soit, on écoute çà cette semaine sur la page connexe.

A la semaine prochaine !

[Le vinyle du Dimanche soir] The New York Rock & Soul Revue - Live at the Beacon 1991
Lire la suite

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Greatest hits" 1978

15 Février 2015 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #rock, #soul, #Steely Dan, #Donald Fagen

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Greatest hits" 1978

Ce disque est une compilation de titres extraits de leurs six premières productions, de « Can’t buy a thrill » (1972) à « Aja » (1977), agrémentée d’un seul titre inédit, « Here at a western world », une chanson qui n’avait pas été retenue pour l’album « Royal Scam » (1976). Cette compilation est parue avant la réalisation de l’album « Gaucho », précédemment chroniqué sur cette page

Le vinyle du jour est un double album au pressage dit « 180 grammes », une galette plus lourde et donc d’une qualité sonore supérieure à ce qu’on trouvait habituellement à l’époque, et surtout d’une longévité accrue, puisque beaucoup moins sujette aux déformations. Le pressage 180 grammes est revenu à la mode, je prétendrai simplement ici que la composition de la pâte vinyle a aussi son importance, en particulier la quantité d’étain qu’elle contient. Mais vous vous en fichez sans doute.

Et donc un support qui rend grâce au formidable travail de studio fourni par la paire d'égocentriques paranoïaques et perfectionnistes que forment encore Donald Fagen et Walter Becker. Les arrangements millimétriques, le son soyeux et le mixage parfait caractérisent les albums produits par les deux compères, une paire qui a longtemps préféré le studio à la scène, et qui maintenant, à l'âge de la retraite, tourne sans cesse. Vous trouverez les dates de la prochaine tournée 2015 sur leur site officiel..

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Greatest hits" 1978

Je voue une admiration sans bornes à Steely Dan. Leurs compositions, l’interprétation, la production de leurs albums, sur lesquels jouent les meilleurs musiciens, de Wayne Shorter à Mark Knopfler, en passant par Steve Gad ou les frères Brecker, tout est parfait pour mes oreilles. L’homme de l’ombre, le producteur Gary Katz, qui a forgé avec eux ce qui est pour moi le Saint Graal de l’enregistrement, y est sans doute pour beaucoup, puisqu’il les a découverts et accompagnés jusque sur scène . Mais l’évidente intégration de tous les courants musicaux du jazz et du blues, les textes ironiques, la voix de Donald Fagen, et encore une fois une science de l’arrangement sans égale font de ce groupe mon totem, mon Numero uno au Panthéon Pop Rock. Si çà veut dire quelque chose.J’ajouterais aussi un détail qui a son importance. Précédant le boom de la remasterisation qui a suivi l'avènement du format CD, l'ingénieur maintenant renommé, Robert Ludwig , est responsable du pré- mastering de ce projet. Il y fait des prouesses et apporte une nouvelle vie à des chansons telles que "Dr. Wu", de l'album "Katy Lied", qui avait souffert d'un mix bancal en raison d'un dysfonctionnement dans le système de réduction de bruit DBX utilisé pendant l'enregistrement. La qualité des graves sur "Greatest Hits" est exceptionnelle. Instruments et voix sont bien délimités, jamais trop brillants, et les cymbales ont le réalisme qui recherchent les audiophiles. La plupart des chansons présentent tout simplement plus de dynamique que ce qui peut être entendu sur les pressages originaux. Bien entendu cela ne peut vraiment s’apprécier qu’en conditions réelles, et sans doute beaucoup moins à travers la compression temporelle du codage Mp3, qui gomme beaucoup de détails.

On vérifie çà sur la page -écoute du [vinyle du Dimanche soir]

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Greatest hits" 1978
[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Greatest hits" 1978
Lire la suite

{Le vinyle du Dimanche soir] Donald Fagen "The Nightfly" 1982

22 Décembre 2013 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #parlonszic, #rock, #soul, #jazzfunk, #Steely Dan, #Donald Fagen

{Le vinyle du Dimanche soir] Donald Fagen "The Nightfly" 1982
Donald Fagen - orgue, synthétiseurs, harmonica, cuivres, piano électrique, voix
Dave Bargeron - trombone, euphonium, cuivres, voix
Michael Brecker - saxophone ténor
Randy Brecker - trompette
Larry Carlton - guitare
Ronnie Cuber - saxophone baryton, cor d'harmonie
Rick Derringer - guitare
Frank "Harmonica Frank" Floyd - voix
James Gadson - batterie
Ed Greene - batterie
Gordon Grody - voix
{Le vinyle du Dimanche soir] Donald Fagen "The Nightfly" 1982
Anthony Jackson - guitare basse
Steve Jordan - batterie
Steve Khan - guitares
Abraham Laboriel - guitare basse
Daniel Lazerus - vocaux
Will Lee - guitare basse
Hugh McCracken - guitare, harmonica
Leslie Miller - voix
Marcus Miller - guitare basse
Rob Mounsey - synthétiseur, claviers
Roger Nichols - percussions
Michael Omartian - piano, claviers, piano électrique
Dean Parks - guitare
Greg Phillinganes - synthétiseurs, piano, claviers, piano électrique, clavinet
Jeff Porcaro - batterie
Chuck Rainey - guitare basse
Zachary Sanders - voix
Valerie Simpson - voix
David Tofani - cor d'harmonie, saxophone alto
Starz Vanderlocket - percussions, voix
Paul Shaffer - orgue

Amis poètes, bonsoir.

Pour terminer cette année en beauté, un premier album solo qui peut être érigé au rang de classique moderne, tant il a marqué et son époque, et la notre, tel la bande-son d'un siècle révolu dont la nostalgie nous hanterait et nous guiderait encore.

Encore un album parfait, enregistré dans un bunker, entouré de top models buvant des cocktails et sniffant des substances, alors qu'au dehors règne la terreur nucléaire, et où l'on retrouve nombre des musiciens réunis pour les sessions de "Gaucho" & "Aja".

C'est un des tous premiers albums enregistrés en numérique, peu après le "Bop till you drop" de Ry Cooder.

C'est bien entendu le vinyle que l'on écoute sur la page connexe.

En écoute cette semaine et la suivante, puisqu'à force de vous livrer de telles gourmandises, je revendique la trêve des confiseurs.

Passez de joyeuses fêtes, Paix aux hommes de bonne volonté.

Lire la suite

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Gaucho" 1980

15 Décembre 2013 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #parlonszic, #rock, #soul, #Steely Dan, #Donald Fagen

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Gaucho" 1980
Walter Becker – Guitare basse, Guitare, Lyre, Chant
Donald Fagen – Orgue, Synthés, Claviers, , Chant     
Wayne Andre - Trombone
Patti Austin - Chant
Crusher Bennett - Percussion
Michael Brecker – Saxophone ténor, Chant
Randy Brecker - Trompette, Flugelhorn
Hiram Bullock - Guitare
Larry Carlton - Guitare
Ronnie Cuber – Saxophone baryton
Rick Derringer - Guitare
Victor Feldman - Percussion, Claviers
Frank "Harmonica Frank" Floyd - Chant
Steve Gadd - Percussion, Batterie
[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Gaucho" 1980
Diva Gray - Chant
Gordon Grody - Chant
Don Grolnick – Clavier, Piano électrique
Lani Groves - Chant
Anthony Jackson - Basse
Walter Kane - Clarinette
Steve Khan – Guitare électrique & acoustique
Mark Knopfler - Guitare, Chant
Ralph MacDonald - Percussions
George Marge - clarinette basse
Rick Marotta – Batterie, Chant
Nicky Marrero - Percussion, Timbales, Chant
Hugh McCracken - Guitare
Michael McDonald - Chant
Leslie Miller - Chant
Rob Mounsey - Synthés, Piano
Jeff Porcaro - Percussions, Batterie
Bernard "Pretty" Purdie - Batterie
Chuck Rainey - Basse
Pat Rebillot - Clavier, Piano électrique
Chuck Sample - Basse
Joe Sample – Piano électrique
David Sanborn – Saxophone alto, Chant
Zachary Sanders - Chant
Tom Scott – Clarinette alto et ténor, Saxophone alto et ténor, Lyricon
Valerie Simpson - Chant
Zack Snaders - Chant
David Tofani – Saxophone ténor, Chant
Toni Wine - Chant

Ce disque marque la fin de la première période du groupe, formé en 1967 à l'université, séparé en 1981 et réuni pour le meilleur au début des années 1990.

C'est probablement un des 33 tours les mieux conservés que je possède, parce qu'en tant que favoris, je les ai numérisés sur DAT dès 1990 ! En 16/44 seulement, mais toujours impeccables, du moins tant que mon Sony 670 continuera de tourner...

Et j'ai donc le plaisir de vous présenter aujourd'hui un enregistrement quasiment vierge de craquements. Tout au plus percevra-t-on quelques bruits mécaniques et le léger ronflement de ma platine Thorens de l'époque...enfin en mp3 je ne sais pas..?.

Mais voilà une sauvegarde qui rend grâce au formidable travail de studio fourni sur cet album, réalisé à New York avec pléthore d'intervenants (les sessions ont rassemblé jusqu'à 40 choristes !), et qui fut l'aboutissement du perfectionnisme quasi obsessionnel développé par la paire d'égocentriques paranoïaques que forment encore Donald Fagen et Walter Becker.

Les arrangements millimétriques, le son soyeux et le mixage parfait caractérisent les albums produits par les deux compères, dont je suis un fan définitif, une paire qui a longtemps préféré le studio à la scène, et qui maintenant, à l'âge de la retraite, tourne sans cesse (dernière tournée en date achevée en Octobre dernier !).

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Gaucho" 1980

Discographie

Can't Buy A Thrill (1972)
Countdown to Ecstasy (1973)
Pretzel Logic (1974)
Katy Lied (1975)
The Royal Scam (1976)
Aja (1977)
Greatest Hits (1978)
Gaucho (1980)
Citizen Steely Dan (1993) Coffret
Alive In America (1995)
Two Against Nature (2000)
Everything Must Go (2003)

L'album "Aja" (1977) fait partie à mon humble avis de ce qui a pu se faire de mieux, avec "Gaucho", en matière de production et d'enregistrement. Les anglophones amateurs de documentaires trouveront ici le film qui lui a été consacré dans la série "Classic Albums". Certes en anglais, et d'une durée de quelques soixante minutes, mais on y apprend des choses et d'autres.

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Gaucho" 1980

Walter Becker en solo :

11 Tracks of Whack - 1994
Circus Money - 2008

Donald Fagen :

The Nightfly (1982)
Kamakiriad (1993)
Morph the Cat (2006)
Sunken Condos (2012)

Les quatre albums de Donald Fagen sont plus que recommandables. De vrais bijoux, élégants, intelligents, impeccablement réalisés. "The nightfly" sera notre prochain vinyle.

Pas mal de mes amis n'adhèrent pas à l'admiration sans limites que je voue aux duettistes. "Trop propre, trop lisse", voire ennuyeux, sont des qualificatifs souvent employés. Quant aux textes, je peux comprendre que les histoires de loser sur le déclin ("Hey nineteen"), l'ironie glacée et la drôlerie distante de Donald Fagen ne parlent pas forcément à tout le monde. Oui, la perfection n'est pas faite pour tout le monde, or "Gaucho" est un album qui a été voulu, conçu et fabriqué pour être parfait.

On vérifie çà sur la page -écoute du [vinyle du Dimanche soir]

Sur laquelle on trouvera un lien - éphémère !! - vers un bootleg d'un concert de 2011 filmé en amateur et en quasi-intégralité (durée 1h20 au total), que je vous propose en deux parties, Qui prouvera que désormais les papys sont aussi efficaces en scène qu'en studio.

On en voudra aussi pour preuve la sublime "New York Rock n' Soul Revue" de Donald Fagen, enregistré live en 1991 au Beacon, une salle dont ils sont habitués, un album quasiment introuvable que je vous recommande chaudement.

On en reparle la semaine prochaine. Bon courage, elle promet d'être rude.

[Le vinyle du Dimanche soir] Steely Dan "Gaucho" 1980
Lire la suite