Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Bigbonobo

Petit Dictionnaire amoureux du Rock - Antoine de Caunes 2010

Rédigé par bigbonobo Publié dans #Curiosités, #LECTURES, #rock

Petit Dictionnaire amoureux du Rock - Antoine de Caunes 2010

Une de mes filles préférées a eu l'excellente idée de m'offrir cet ouvrage, que j'avoue avoir ignoré à sa parution, bien à tort.

Bien que je ne partage pas tout à fait les goûts de l'illustre créateur de Chorus et autres Rapido - et tout particulièrement ses restrictions concernant la musique brésilienne -, j'ai particulièrement apprécié les articles concernant les Beatles et les Kinks bien sûr, Traffic, Bruce Springsteen, Neil Young, Clash, Zappa ou Creedence...tous émaillés d'anecdotes et d'entretiens relatés avec le talent et la verve qu'on lui connait. Le seul reproche que je pourrais faire à cet ouvrage, ce serait d'être trop court, et finalement très "politiquement correct". On sent bien à certains passages hilarants que notre Antoine aurait pu se lâcher un peu plus...

Amoureux est bien l'adjectif qui résume le mieux l'état d'esprit dans lequel ce trop bref résumé de nos passions musicales a été conçu. Et j'en tiens pour preuve cet extrait, concernant Lowell George, dont l'unique album "Thank's I'll eat it here" est de mes disques de chevet, de ceux auxquels moi aussi je reviens toujours, année après année.

Petit Dictionnaire amoureux du Rock - Antoine de Caunes 2010

Page 191

" Thank's, I'll eat it here", c'est le genre de disque auquel, donc, je reviens toujours, le plus naturellement du monde, sans même y penser. Je prends un plaisir toujours égal à le réécouter. J'y retrouve sensiblement les mêmes émotions que la première fois, en 79. Il faut ajouter que j'étais littéralement dingo de son groupe, Little feat, qui illumina les années 70 avec un série d'albums au groove renversant, le plus indispensable à ce jour encore, restant l'irréprochable live "Waiting for Colombus". Ce mélange de soul, de funk, de blues, l'exceptionnelle qualité des musiciens (rejoints par Mick Taylor sur le live), la voix de George, son toucher de slide-guitar aussi parfait, dans un autre genre, que celui de Ry Cooder, les idées d'arrangement, le son compact qui se meut comme une houle du grand large, le parfum général qui se dégage de l'ensemble et provoque instantanément des fourmis dans les jambes, voilà pourquoi Lowell George et Little Feat donc restent si chers à mon coeur. Plus de trente ans après sa mort, et bien que je ne l'aie jamais approché.../...il m'arrive souvent de penser à lui, fauché net à trente quatre ans après, il est vrai, quelques abus qui lui avaient notamment coûté une place très enviée chez l'intransigeant Zappa.

Puisqu'une interview de l'auteur existe, on ne se prive pas de la regarder, puis de suivre celle qu'il a faite avec Bob Dylan.

Partager cette page

Repost 0