Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bigbonobo

[Le vinyle du Dimanche soir] Serge Gainsbourg & Jane Birkin – Je t’aime (beautiful love) – 1969

21 Mai 2017 , Rédigé par bigbonobo Publié dans #Vinyles, #Culte, #Serge Gainsbourg, #Jane Birkin, #frenchrock

La chanson qui l’a fait connaitre dans le monde entier, qui lui a valu la colère de Sa Sainteté et le bannissement des ondes de la BBC a bien failli ne jamais voir le jour. Ecrite en 1967 pour Brigitte Bardot, puis maquettée en recyclant une partie de la bande-son d’un film obscur, « Les cœurs verts », devenu culte depuis, ne voilà-t-il pas que son égérie de l’époque se marie avec Gunther Sachs et lui refuse cette ultime collaboration. Désespéré, il demande à Marianne Faithfull de la chanter avec lui, puis à Mireille Darc et à d’autres qui toutes refusent. Fort heureusement, sa rencontre avec Jane Birkin sur le plateau du tournage de « Slogan », en 1969, lui permettra de réaliser son ambition. Et la voix juvénile de Jane, sa fragilité et son délicieux accent feront le reste, pour en vendre quatre millions d’exemplaires et provoquer un petit Baby-boom en 1970…

Gainsbourg est un type compliqué, mais sauvagement intelligent. Son analyse instinctive de la musique pop, de ce qui fonctionnait et de ce qui ferait sensation, en plus de l’expérience acquise dans son exploration du jazz, de la musique africaine et de l’art-rock britannique lui avait donné la certitude de pouvoir accomplir un « cross-over » définitif avec cette chanson. Mais si les morceaux de cet album sont si mémorables, si bien arrangés, c’est que là encore Gainsbourg a su utiliser les talents de ses collaborateurs. Ce disque doit beaucoup au génial arrangeur Arthur Greenslade, tout comme « Histoire de Melody Nelson », deux ans plus tard, devra beaucoup à Jean-Claude Vannier.

On y retrouve avec plaisir quelques anciennes chansons, comme « Elisa », « Manon » ou « Les sucettes », savamment revisitées ou assaisonnées de guitare wah wah, mais on y découvre aussi un "canari sur le balcon" totalement bâclé, pas en place, le cauchemar de l'ingé-son, une de ces bavures de remplissage que le grand Serge nous balançait avec arrogance... une si bonne chanson pourtant que c'en est vraiment dommage....Mais ce disque me paraît encore si frais et si plein de surprises, que même à nous autres vieux briscards qui avons appris à parler avec légèreté du sexe et de la mort en écoutant Monsieur Gainsbourg, il réserve encore quelques vertiges. Il s’agit ici de l’édition américaine de ce disque édité par  Fontana, un hasard m’en ayant fait hériter en excellent état…

En écoute sur la page connexe pendant quinze jours, puisque il n’y aura pas de chronique la semaine prochaine !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article